Huit poèmes d'Edouard Limonov

Je ne saurais trop vous recommander ANTIFIXION, le site de l'écrivain et traducteur Thierry Marignac :

                        http://antifixion.blogspot.ru/

 

 Vous y trouverez (entre autres) de nombreux textes consacrés à Edouard Limonov.

Il y a aussi la traduction de plusieurs poèmes de Limonov (avec les rimes !).

En voici quelques-uns.  

                                                   *****

      LE POUVOIR EST UNE LIONNE

CENDRILLON ENCEINTE : recueil de poèmes - 2015
 
 
        
  
 
 
 
Du recueil de poèmes "Cendrillon enceinte"  
 
Moscou 2015
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Le pouvoir, a levé la patte, tel un sphinx puissant,
Il menace et rugit, montre les dents du loup
Le pouvoir — est une lionne, et n’agitera pas sa queue pour nous,
Mais leur frottera les côtes, à coups de barre, violemment…
 
Le pouvoir rend la mort et le sang, d’un corps souillé.
S’élance, et nous brise les os, offensive.
Avec sa proie,  grinçant, acharné,
Traîne le téméraire vers les rocs de la rive.
 
Et là se met à dévorer, par le ventre et l’aine commençant,
La victime vit encore, et d’une jaune prunelle,
 Contemple, muette, à peine dans son état conscient :
« Elle me mâche ! » et… horreur, en rondelles…
 
Le ressac lave le sang, sur la chair de la poitrine, grésillant.
Des nuages le Seigneur observe, fronçant le sourcil,
Il ne trouve pas ça comme il faut, de sa soutane ses yeux voilant,
Voilà l’amour des puissances, semble-t-il…
 
La lionne a une croupe d’acier, toutes ses pattes sont métalliques,
Dans ses yeux un arc au tungstène étincelle,
Du Walhalla, elle est habituée à entendre l’appel,
À ses griffes et ses crocs on ajoutait des cornes rustiques.
 
                                                (Traduction : Thierry Marignac)
 
                                     Édouard Limonov, Cendrillon Enceinte
 
 
Власть львица
 
         Власть мощным сфинксом лапу подымает
         Грозит, оскалясь пастью, и рычит
Власть – львица, и хвостом нам львица не виляет,
Но сильным, как прутом, им по боку стучит…
 
Власть смертью отдаёт и кровью, грязным телом.
Бросается  и сбив, ломает кости нам,
С добычею своей, храпя остервенело,
Волочит храбреца к прибрежным валунам…
 
Там начинает жрать, живот и пах в начале,
Страдалец ещё жив, и в желтые зрачки
Он смотрит, онемев, в своем ума едва ли:
«Она меня жует!» и… ужаса куски…
 
Прибой смывает кровь, шипя над грудной мяса
Из облака Господь взирает, выгнув бровь
Ему не comme il faut, глаза прикрыл он рясой…
Такая вот она, державная любовь…
 
У львицы круп стальной, все лапы из металла
В глаза её искрит вольфрамова дуга,
Привыкла отвечать на позывной «Валгалла»
В комплект клыков-когтей добавлены рога…
 
Эдуард Лимонов, Золушка береманая.
 
        -----     -----     -----     -----     -----
2007 - Limonov et sa femme de l'époque, l'actrice Ekaterina Volkova.
Enfile ta veste et va jouer des coudes sous la tente
Il est temps d’une vie mondaine servir de composante
Pour que champagne en main, sous la lueur du gaz brûlant,
Tu te dresses. Cerné du germe de la vie mondaine, purulent.
 
Tu viens débusquer la beauté, ayant vu ton comptant de cauchemars,
Tu descends, chercheur de beauté, du piédestal d’ancien taulard.
Courant d’air, souffle, fumée, odeur de lieu inquiet
Ça ne me suffira jamais, tout ça ne suffira jamais…
 
La vie mondaine, huitres et champagne mélangeant
Ne m’ont pas tué des prisons le contingent
Bandits et voyous en pagaille
Et quelles que soient les belles dont je n’ai pu serrer la taille
De Saratov, sombre centrale, l'image se grave en moi sans faille
 
Notre « trio », sous l’escalier, lascars en ordre strict
Jusqu’à l’éclipse lunaire totale, chacun risquait verdict
Les bulles de Veuve Cliquot meurent sur la langue, délétères,
Même en veste avec du fric, les gars je suis un Frère
Je n’ai pas oublié des prisons et des gares l’odeur funèbre,
Ça ne me suffira jamais, rien de tout ça jamais, ténèbres…
 
Enfile ta veste et va jouer des coudes sous la tente
Il est temps d’une vie mondaine servir de composante…
 
 
©Édouard Limonov,  A Старый пират  ( Mais le vieux pirate).
Editions ad marginem, Moscou, 2010.
                                                       (Traduction : Thierry Marignac)
 
 
СВЕТСКАЯ ЖИЗНЬ
Надевай свой пиджак и иди потолкаться под тентом
Светской жизни пора послужить компонентом
Чтоб с бокалом шампанского, в свете горяшего газа
Ты стоял. А вокруг – светской жизни зараза...
 
Ты пришел за красивым, ужасного видел немало,
За красивым сошёл, бывший зек, с пьедестала.
Ветерок, дуновение, запах тревожного зала
Мне всегда будет мало, всего и всегда будет мало...
 
Светской жизнью, где устрицы вместе с шанпанским,
Не убить мне контенгентом
Бандитским и шпанским
И какой бы красавиц талию я не сжимал
Буду помнить Саратовский мрачный централ.
 
Наш «третьяк», и под лестницей все мы стоим пацаны
И у всех нас срока до замениев полных луни.
 
Пузырки «Veuve Cliquot » умирают на языке
Пацаны, я ваш Брат, хоть при «бабочке» и в пиджаке.
Я совсем не забыл скорбный запах тюрьмы и вокзала,
Мне всегда будет мало, всего и всегда будет мало...
 
Надевай свой пиджак и иди потолкаться под тентом
Светской жизни пора послужить компонентом...
 

© Э. Лимонов, A Старый пират, ad marginem, Москва, 2010.  

 

  -----     -----     -----     -----     ----- 

         Gloire à la Russie


                                    Traduit du russe par Thierry Marignac

 

Tournoie et roule la rose des vents.
Comme une pleine lune tu seras bien portant.
Déchirantes, les crises d’asthme cesseront
Good tout sera good, les cieux s'éclairciront.

Good sera un beau temps éclatant.
De l’oligarchie s’arrache la petite amie.
Comme toi baobab, une palme parapluie,
Cette greluche vivra encore trois ou quatre ans.

Jeune, verte et juteuse à l’intérieur
Sers t’en si tu veux, si tu veux contemple-la d’ailleurs…

Le soleil s’élève comme un acrobate,
Le jour s’allonge comme le soldat grossit,
Épuisé, à la cambrousse parti
Installé chez une veuve,nouveau venu, dernier en date…

Good sera la nation, remarquablement,
La clique des tchékistes bientôt kapout complètement
Se dissipent les nuages noirs irréversiblement
Le soleil nous déverse les armes du régiment.

Comme elles brillent,étincellent, et s’annoncent.
Gloire à la Russie ! Comme aux jours d’autrefois !
Gloire à la Russie ! Et pour nos armes, hourra !
C’est l’heure du laiton, et le temps du bronze !
Oublions, audacieux, des héros la plastique matière,
Good est parfait, dans le soulèvement des masses fières.



Слава России !

Крутится,вертится роза ветров,
Тыкак полнолунную будешь здоров.
Астмыколючей припадки пройдут,
Небоочистится good будет good.

Good будет полный, прекрасный погод.
Отолигарха подруга уйдёт.
Зонтичнойпальмой, с тобой, баобаб,
Нескольколет проживёт этот баб.

Юный,зелёный и сочный внутри,
Хочешь – используй, а хочешь – смотри…

Солнц евзбирается как акробат
День прибавляет, как в весе солдат,
Что истощённый, в деревню прибрёл
И увдовы загостил, новосёл…

Будет в стране замечательный good,
Клике чекистов наступит капут,
Вскроются черные все облака
Солнце зальёт нам орудья полка.

Изаблестят, засияют они.
Слава России! Как в прошлые дни!
Слава России! Орудьям – Ура!
Время латуни и бронзе пора !
Смело забудем героев пластмасс,
Good будет полный с восстанием масс…

 

Édouard Limonov, Mais le Vieux Pirate, Ad Marginem, Moscou, 2010

       -----     -----     -----     -----     -----

                                             Les rues noires

 
Mon négatif héros
Est toujours sur mon dos
 
Je bois de la bière — de la bière il boit
Il vit chez moi
 
Il couche avec mes maîtresses
À son pubis mon membre obscur se dresse
 
Mon négatif héros
C'est à New York qu'on peut voir
Se découper l'élégante silhouette de son dos
Dans n'importe quelle rue où il fait noir.
 
 
 
 
Мой отрицательный герой
Всегда находится со мной
 
Я пиво пью – он пиво пьёт
В моей квартире он живёт
 
С моими девушками спит
Мой темный член с него висит
 
Мой отрицательный герой
Его изящная спина
Сейчас в Ню-Йорке видна
На темной улице любой
 
 
 
Edward Limonov, Мой отрицательный герой, (Mon héros négatif), Poésies 1976-1982, New York-Paris, Glagol, Moscou, 1995.
                                                                          (Traduction : Thierry Marignac)
 
 
 
A voir ici, un autre poème de Limonov, très drôle, "L'Envie". Il l'a écrit après que Joseph Brodsky, fort bien introduit aux USA, ait gagné en 1981, un prix littéraire doté de 34.000 dollars. Et c'était 6 ans avant qu'il décroche le Prix Nobel de Littérature ! :
 
 
 
 
Une idée : un spectacle consacré à Limonov pourrait faire un malheur. 

 

 

Ici, tous les textes de Thierry Marignac sur Edouard Limonov :

http://antifixion.blogspot.ru/p/blog-page.html

 

             -----     -----     -----     -----     -----

LIMONOV PREMIÈRE PÉRIODE (années 60 et 70)

ELEGIE

 

J'aime les choux vivants
Sur leurs hautes tiges
J'aime voir Valentina Pavlovna
Sortir de sa maison le matin

 

La verdure calme et rêveuse
Aux couleurs acides de Tourgueniev
Un peu mélangées de jeunes filles
Qui glissent, vêtues de rose

 

Une vie mesurée sans bruits ni hâte
La page cornée d'un livre nouveau
Une maman légèrement parfumée
Qui gazouille comme un oiseau

 

Sur la table blanche un déjeuner multicolore
De tomates, d'omelette et de lait
Une main tendue dans l'air bleu
Et c'est ma main.

 

 

 

* * *

 

Prisonnier la nuit je me promène

Je promène mon regard sur le mur

Pour ce que j'ai fait de moi pardonne, pardonne-moi

Pour ce que je fais de moi derrière la palissade

 

Je suis à bout et ce n'est pas ma faute
Regarde mon visage blême est de travers
Je suis un homme courageux, un soldat
J'ai vaincu (déjà) ma mère, mes grands-mères

 

Et mon père. J'ai abattu la voisine Lydia
J'ai abattu son mari l'oncle Kolia
J'ai abattu le voisin Macaquenko
Ecrasé le voisin Guénia et je suis parti

 

J'ai vaincu Motritch le poète

Il est devenu ivrogne. Moi, j'observe, j'écris.

Pris de boisson, il court les rues
Moi j'écris. Je me souviens. Je me tais.

 

A quoi bon ces victoires — dites-moi ?

Pourquoi ai-je fait la guerre ?

Vaincre Motritch n'est pas une affaire
Ce Motritch est inoubliable

 

Je saurai en vaincre bien d'autres
M'en aller. Les laisser loin derrière
L'avenir m'est apparu la nuit dernière
- Solitude et silence complet

 

Alors j'appellerai la voisine Lydia
J'appellerai le voisin Macaquenko
Ma petite mère fébrilement je demanderai
Et aussi mon père — où es-tu, mon humble — ohé !

 

Vendredi. Il n'y a rien
La dernière bête et le dernier vieux
S'affairent à leur maigre repas
Sous la colline glaciale
Le ciel noir est bas

 

Les sentiers parcourus l'été

Par les hommes, les chiens et les hérissons

Recouverts de feuilles glissantes

 

Seul le vieux sourd et vorace
Donne son dernier souper

 

La terre débridée vide et folle
N'a rien à vendre
Et le ciel est tel

Qu'une fille d'ailleurs en robe blanche
Va y apparaître

 

Vendredi

 

 

 

* * *

 

Sous le soleil rare

Fume cette cage

Terre à nous allouée

Par Limonov habitée

Il n'est pas vieux encore

Mais déjà sauvage et ridicule

 

Ainsi Tchourilof ne sait pas

Que Limonov est un grand poète

Pourtant nous sommes amis

Quand il le saura

Je ne serai plus en vie

Il habite à Kharkov la paisible

Semblable au désert en été

Jamais il n'a vu mes vers

Jamais tenu entre les mains

Ils sont encore nombreux à ne pas savoir

Que Limonov est un poète — Quel poète !

Et moi je me réveille avec ce sentiment

Et je vais dormir avec lui

Je connais mon destin

Il me fait frémir

Il me fait signe du doigt

Un complot est sur ses lèvres

Non je ne veux pas de cette énigme

Je suis sourd à tes desseins

 

Ne révèle pas ce qui sera

 

Dans le suc doré du soleil
Baignaient les bancs publics
Les invalides et les malades
Se taisaient assis

 

Voilà plus d’une heure je fouille mes plaies

 

Familier de toujours des ténèbres
J’arrache tout un peuple de croûtes

 

Ah, que tu es donc belle
Je voudrais te manger en bâfrant
T’accompagner de feuilles tendres

 

Nous nous sommes couchés sur un lit
Je danse et toi aussi

 

Que l’amour répande ses odeurs
C’est si bon et si triste

 

Mes narines frémissent à l’aube
Des toits rouges je découvre la vallée

 

Vivre ainsi, vivre ainsi
Et pleurer doucement
Humectant la blancheur du mouchoir.

 

(Traduction de Nadia Blokh)

             -----     -----     -----     -----     -----

CE SITE EST CONSACRÉ A EDOUARD LIMONOV

Il actualise le livre d'Emmanuel Carrère, avec photos et vidéos rares, et quantité d'informations inédites (2017) 

Voir la 1ère page, très complète, ici : 

     http://www.tout-sur-limonov.fr